top of page
  • Photo du rédacteurMarie-Avril Roux Steinkühler

Auto-saisine de l'Autorité de la concurrence concernant l'impact des IA sur la concurrence


L'intelligence artificielle générative (IA générative) implique la création de nouveaux contenus à partir de vastes ensembles de données et de puissantes capacités de calcul, souvent grâce à des techniques telles que l'apprentissage profond et les réseaux de neurones (neural networks). Ces IA peuvent générer divers types de contenus tels que du texte, des images, de la musique et des vidéos.


Depuis l'introduction de Chat GPT en novembre 2022, cette technologie a suscité un débat public et économique intense en raison de ses implications sur la vie privée, les droits de propriété intellectuelle et le marché du travail. Elle offre également de nombreuses opportunités commerciales, notamment dans la création de contenu, la conception graphique et le service client.


Le marché de l'IA générative est en pleine expansion et devrait atteindre 42 milliards d'euros en 2023, avec des projections indiquant un chiffre d'affaires mondial annuel potentiellement supérieur à 200 milliards d'euros d'ici 2030.


L’Autorité de la concurrence française a décidé de s’autosaisir pour avis dans l’objectif d’observer les stratégies des acteurs du numérique et d’analyser les problématiques liées à l’accès aux données et à une main d’œuvre qualifiée.

Le développement de l'IA générative nécessite d'importants investissements en puissance de calcul, en données et en main-d'œuvre qualifiée. Les grandes entreprises numériques, déjà en possession de ressources clés, pourraient chercher à renforcer leur position en limitant l'accès aux données ou en attirant des talents, consolidant ainsi leur pouvoir sur le marché de l'IA générative.


Les entreprises déjà établies dans le secteur numérique adoptent une politique active d'acquisitions dans le domaine de l'IA générative. Des investissements significatifs ont été observés, tels que ceux de Microsoft dans OpenAI, ainsi que ceux d'Amazon et de Google dans Anthropic, une startup concurrente d'OpenAI.


Ces acquisitions et prises de participations mineures suscitent l'attention des autorités de la concurrence, qui examinent de près leurs éventuels impacts sur la concurrence. L'Autorité de la concurrence a lancé une consultation publique ouverte jusqu'au 22 mars 2024 afin de recueillir les observations des parties prenantes.

Les contributions reçues lors de cette consultation alimenteront la réflexion de l'Autorité, qui émettra ses recommandations dans les mois à venir.




Marie-Avril Roux Steinkühler


Comments


bottom of page